en-                             LA  SACRALISATION

17/10/2016

LA SACRALISATION


Définition


Sacraliser : c'est conférer le caractère sacré à une chose, consacrer une chose à l'usage divin, l'enlever de l'ordinaire pour l'emmener à l'usage saint. C'est particulariser ou casser la dimension ordinaire. Casser le « tout-le-mondisme », attribuer un caractère inviolable à quelqu'un ou à quelque chose. Quand nous sommes appelés pour servir Dieu, nous sommes sacrés. Sacraliser ou sacrer c'est la même chose.


La sacralisation incluse cérémonie, tenue, langage et plusieurs autres choses. Sacraliser c'est proclamer saint par la position et non par le caractère original. Nous sommes saints parce que Dieu nous a conféré le caractère sacré. J'ai été ordonné, proclamé, nommé saint.


Adam eut le pouvoir de nommer les animaux. C'est aussi de la sacralisation. Le lion est lion par nomination.


L'univers et toutes choses visibles et invisibles sont régis par des lois. Les savants ont découverts certaines lois, ils ne les ont pas créées. Loi se définit aussi comme principe. La loi qu'Archimède a découverte est une loi dans l'eau, dans la nature. C'est par cette loi que les gens ont fabriqué la pirogue, le bateau... c'est par elle que la baleine se déplace et vit dans l'eau.


Pour fabriquer les outils pour l'usage humain, tels que les avions, les automobiles, il faut découvrir les lois qui gèrent ces choses. La connaissance d'une loi engage une action par rapport à cette loi. Si nous connaissons les lois nos actions augmenteront. Les latins ont dit : « Nul n'est censé ignorer la loi. »


L'ignorance nous met sous la loi. La connaissance nous met au-dessus de la loi. Jésus-Christ est l'association de toutes les lois qu'il incarne dans sa personne. Il est au-dessus de toutes les lois.


La sacralisation nous touche en tant que personnes sacrées, personnes mises à part. l'aspect du sacré a quitté l'Eglise à cause de l'absence du respect des choses sacrées.


Dans le souci de se représenter sur la terre, Dieu a pris les hommes et les choses pour les mettre à part. la sacralisation ce sont la position que l'on donne. A quelque chose. Dieu dit à Moïse de prendre Aaron et ses enfants pour les consacrer pour lui, de les mettre à part pour lui.


Consacrer : KADASH, « Tu les nommeras comme saints ». Consacrer, donner la position de saint à quelque chose qui ne l'était pas. Quand on revêt le caractère de la sacralisation, la chose devient sainte. Aaron et ses enfants étaient semblables à tout le monde. L'Eternel leur confère un caractère sacré pour devenir comme lui.


Quand Dieu te consacre, tu cesses d'être terrestre. Il prend quelqu'un qui a une dimension terrestre et le fait recevoir le caractère sacré ; celui-ci devient un élément céleste sur la terre. L'Eternel nous a prédestiné d'avance pour être saints et irréprochables devant lui en amour. Le Seigneur Jésus-Christ est descendu sur la terre prendre les captifs et les emmener au ciel pour les revêtir du sacré et enfin les faire revenir sur la terre, les uns comme apôtres, les autres comme docteurs, pasteurs, prophètes... c'est une nomination qu'il a faite aux hommes. Nous sommes saints par décret.


L'Eternel dit que l'on regardera comme saint un serviteur de Dieu. Votre regard sur lui sera un regard de sainteté. Si vous voulez qu'il soit bénéfique pour vous, vous devez le regarder comme Dieu veut qu'il soit. Lévitique 21 : 8


Vous regarderez le sacrificateur comme quelqu'un qui a reçu le caractère saint. Il est nommé saint, Kadash Kadosh signifie sainteté. Vous regarderez le sacrificateur comme Dieu.


Psaumes 82 : 2 j'avais dit vous êtes des dieux, sacrés, saints. Dieu dit à Moise : « Je te ferais Dieu devant Pharaon » que ton nom soit KADOSH c'est-à-dire que ton nom ne soit pas comme moi, sois toi ! Différent de tous !


Mettez Dieu à part. ne le prenez pas comme votre égal. La ressemblance n'est pas égalité. Nous nous ressemblons mais nous ne sommes pas égaux. Même si vous mangez ensemble, vous n'êtes pas égaux. Un homme quelconque, une fois nommé ministre, change de position. Il devient « Son excellence ».


2) POURQUOI LA SACRALISATION ?


La sacralisation vient :


  1. vous différencier de tout ce qui est ordinaire. On consacre la chose pour un usage d'honneur. La sacralisation a pour but de différencier, distinguer et honorer. Ce qui est utilisé pour Dieu ne doit pas être utilisé pour tout le monde ou par tout le monde.


  1. conférer une force ou une énergie spéciale, ou encore une vibration spéciale à la chose que l'on consacre. Tout ce que l'on utilise pour la gloire de Dieu ou pour faire le culte sera consacré pour qu'elle se différencie de l'ordinaire. Tout ce qui est sur le corps d'une personne sacrée est aussi sacré. L'habit que portait Jésus était sacré et la femme au sang se disait « si je touche à son habit (sacré) qui porte les promesses, je guérirai.


  1. rendre une chose comme modèle, échantillon. Quelqu'un de sacraliser est un modèle. Sacré c'est modéliser quelqu'un ou quelque chose.


La première loi qui travaille avec la loi de la sacralisation c'est la loi de la souveraineté. Celle-ci suppose l'immunité. La loi de la sacralisation. Travaille avec la loi de l'immunité. Quand vous êtes en fonction, on vous traite non comme tout le monde.


Un président qui commet des crimes au cours de son mandat n'est pas inquiété. Son jugement attendra jusqu'à la fin de son mandat. Dans la sacralisation, il y a la dimension « retardement du jugement ». Dieu nous traite non seulement selon la loi mais aussi selon la grâce.


La grâce a une dose « d'injustice » selon la loi de l'administration ou la loi naturelle. La grâce est injuste par rapport à la loi du droit d'aînesse. David, le cadet de la famille d'Isaïe, fut choisi par Dieu, à la place de l'aîné Eliab.


Selon la loi de la souveraineté de Dieu, la grâce est juste. Dieu se manifeste comme incorrect par rapport à certaines lois. « Petit troupeau, réjouissez-vous », Dieu sera injuste et t'élèvera au-dessus des aînes, au-dessus des pères spirituels. Il te donne à régner à sa place. « KADOSH-KADOSH ».


2 Chroniques 26 : 16-21. Ozias devint roi à 16 ans. Selon la loi de la maturité cela est incorrect. Mais selon la loi de la souveraineté il était roi. Il va marcher dans la voie de son père, dans la voie du Seigneur. Il honorait Dieu. Et l'Eternel le bénit et le rendit très puissant. En effet, quand vous servez l'Eternel de tout votre cœur, il est inévitable que vous soyez élevé et béni. Si vous payez le prix, il est impossible que Dieu ne vous élève pas, même si vous le refusez.


Mais une fois élevée, Ozias, s'enorgueillit. Il entra dans le temple pour brûler le sacrifice. Or pour être sacrificateur, il faut se revêtir du caractère KADOSH-KADOSH. Il ne s'agit pas de faire des choses qu'on peut faire, mais de faire ce qu'on a le droit de faire, ce dont on a l'autorité de faire.


Nous agissons sur la terre parce que Dieu nous a mandatés. Dans le mandat, il y a l'immunité sacerdotale. Quelqu'un de mandater devient Dieu. Pharaon était une divinité. Il fallait que Moïse fusse Dieu, lui aussi, pour pouvoir le combattre.


Il y a une grande différence entre une personne qui est mandatée et celle qui ne l'est pas. Tout ce qui se fait aujourd'hui se fera toujours. Pourquoi se précipiter ?

Ozias avait offert le sacrifice malgré l'interdiction des sacrificateurs. Il ne faut jamais faire des choses qui ne sont pas un honneur. Il y a des honneurs qui ne sont pas acclamés mais seulement admirés.


Les sacrificateurs sacralisés et sacrés sont approuvés par Dieu qui leur donne un vêtement. Sacraliser implique beaucoup d'éléments : prière, cérémonie, lieu, vêtement, espace, revêtement, saison, jours, époque (temps). La sacralisation est la chose la plus sérieuse dans le sacerdoce. Quand on sacralise, on met en mouvement de l'énergie céleste. Ne soyez pas pressé de sacraliser.


Les mathématiques sont une science exacte. Cependant, le sacerdoce est une science précise. On ne pratique pas le sacerdoce par hasard. Esaïe était un prophète sans contestation, de la 1ère au 5ème chapitre. Au 6ème chapitre, il constate qu'il était malheureux. Et Dieu lui met du feu à la bouche, sur ses lèvres, car l'outil principal du sacerdoce c'est la bouche.


Dans la sacralisation, les mystères du feu et du vent sont très importants. On tient compte des tenues et de beaucoup d'autres choses. Quand on est malade et que l'on va en consultation, le fait seulement de voir le médecin, sa tenue, l'atmosphère, sérieux et propres du lieu, la maladie semble s'atténuer.


Lorsqu'on sacre quelqu'un, on clôture cette personne. Etre sacralisé c'est être protégé, couvert. A une certaine dimension, on peut vous atteindre par les forces du mal si Dieu ne vous a pas couvert.


La sacralisation est une forme d'alliance entre le céleste et le terrestre. Le fait de déshonorer ce qui est sacralisé se dit profanation. Profaner c'est ôter le poids ou le respect de ce qui est honoré. On sacralise pour conférer une mission ou une commission à quelqu'un ou à quelque chose. On ne peut pas sacraliser pour rien.


Ce n'est pas parce que quelqu'un a fait beaucoup de temps à l'église qu'il faut le sacraliser. La sacralisation n'est pas une récompense. On sacrifice toujours pour un but précis. « Car, le Seigneur m'a oint pour annoncer la bonne nouvelle... proclamer une année de grâce du Seigneur. » Luc 4 : 18-19.


  1. COMMENT SACRALISER.


Pour sacraliser il faut connaître la typologie, savoir comment connecter une chose à ses valeurs spirituelles, savoir quelle onction peut introduire dans telle on telle autre dimension d'intelligence.


Beaucoup de choses s'impliquent dans la sacralisation, à savoir :


  1. L'huile sainte ;

  2. L'Elément de la personne sainte ou sacralisée. Jésus-Christ utilisa de la salive pour guérir un aveugle. Là où il n'y a pas d'huile d'olive, on peut utiliser de la salive. La salive a de la vibration spirituelle. La langue a du pouvoir : la vie et la mort sont au pouvoir de la langue. Comme c'est la langue qui produit de la salive, celle-ci a aussi le pouvoir de la langue. Dns nos traditions et coutumes, les vieux bénissent les enfants et les jeunes avec leur salive. Ils scellent leur bénédiction et leurs paroles bénéfiques avec un peu de salive.

  3. certaines choses demandent toute une cérémonie pour les consacrer. Les éléments naturels ont des vertus naturelles. Toutes choses créées en elles la présence parfois dormante de Dieu. Dans le quinquina, par exemple, il y a des vertus de guérison... David dit : « Seigneur, lave-moi avec de l'hysope. » Psaume 51 : 7-8 ; Naturellement, les feuilles de l'hysope sont purificatrices. La personne consacrée réveille les vertus de l'hysope et soigne les malades avec. Elisée utilisa du sel pour purifier l'eau de Jéricho. Et depuis qu'il la purifia, cette eau est consommée jusqu'à aujourd'hui en Israël. Dieu ne donne pas de bénédiction provisoire.


Il y a des onctions mineures et des onctions majeures. Besaleel fut consacré autrement que Aaron et ses fis. On a touché ceux-ci à la bouche, aux oreilles... en effet, le chandelier dans le temple représente le corps humain : la bouche, les narines, les yeux et les oreilles qui font 7 ouvertures.

On sacralise par la prière et par l'onction. En hébreux, Oindre c'est Mashach, nom donné à Christ : Mashiach, celui qui est oint.


Nous avons 5 types d'onctions notamment : MASHACH, BAOLAL, DAOSHEN, SHEMEN, et SOOK (onction cométique). Cfr syllabus sur l'onction. De toutes ces onctions, seule SOOK, l'onction cosmétique, on peut se la faire soi-même. C'est l'onction de la beauté. Ruth se fit SOOK avant d'aller rencontrez BOAZ, dans le champ ESTHER également avait fait le sook pour être remarquée par le roi Assuérus. C'est l'onction qui attira ce roi à faire d'elle sa femme.


PRIER ET OINDRE impliquent des cérémonies et des déclarations. Les paroles déclarées sur une assiette ne sont pas les mêmes déclarations que celles faites pour une chaire ou pour un apôtre. Les paroles dépendront de la mission et de la touche que l'on veut assigner à l'objet ou à la personne concernée.


Il y a une différence entre prier pour quelqu'un et bénir quelqu'un, entre prier pour quelqu'un et déclarer sur quelqu'un. ISAAC déclara sur Jacob. « Que la rosée du ciel t'accompagne... » Prier c'est solliciter la grâce de l'Eternel.

SACRALISER SUPPOSE L'EXERCICE DE L'AUTOIRTE ;


Tout le monde ne peut pas sacraliser. Il faut au préalable avoir le niveau requis pour pouvoir sacrer ou oindre. Tenez-vous à votre niveau. S'il le faut, faites recours à quelqu'un qui a une haute vibration pour oindre vos objets ou vos collaborateurs.


Il est des onctions supérieures et des onctions inférieures, des vocations supérieures et des vocations inférieures.


Une cérémonie de consécration est un culte. Le culte est quelque chose de sacré dont il ne faut jamais donner la direction à n'importe qui. Nous avons affaibli les choses sacrées parce que nous avons laissé à tout le monde de diriger le culte. La façon dont on dirige détermine l'esprit qui va gérer le culte.


Il ne faut jamais aller travailler sans préparation. Le séminaire n'est pas pareil au culte normal. La direction d'un séminaire n'est pas aussi exigeante qu'un culte. Diriger le culte c'est exercer l'autorité divine. Après le culte il faut savoir couvrir les gens qui sont bénis, savoir les sceller. Cela ne doit pas être laissé à tout le monde. La clôture d'un culte doit se faire par une bouche autorisée.


La sacralisation est une identification. Les ustensiles du temple doivent être sacrés. Les chaises, par exemple, doivent être respectées et n'être consacrées qu'à l'usage du temple. Elles ne doivent jamais être utilisées pour un autre usage : fêtes ; réunion de famille, rencontres de moziki...


L'Eternel veut que nous sortions de l'ordinaire. Dieu n'est pas ordinaire. Avec Dieu, la haute dimension c'est la dimension du silence. Les tenues, les ustensiles, les fleurs, la chair, dans la maison de Dieu doivent être sacralisées. Faites tout divinement. Ajoutez à la foi la connaissance, à la connaissance l'été. On reconnaît le moine à son habit.


Comment pouvez-vous communiquer la foi si vous-même ne croyez pas ? Le sacrificateur sur qui l'huile d'onction est tombée est un homme glorieux, en effet l'huile d'onction sur sa tête est une couronne. Elle représente le trône, le pouvoir. Vous avez été oint mais vous ne croyez toujours pas.


Dans le monde spirituel, il n'y a rien qui soit plus fort que les paroles. Pour coaliser des cérémonies, il y a de la valeur dans la parole de l'homme sacralisé. Voyez en ce que vous avez reçu. Vous ne croyez pas parce que vous ne savez pas. Celui qui ne sait pas qu'il sait est un enfant.


Le culte dans sa dimension doit être conduit par un homme approprié. ..., lorsqu rencontra Jésus, le Seigneur lui dit d'allez chez ananias pour le sacré, car certaines sacralisations dépendent des personnes participantes. Il y a des guérisons qui ne se feront que par des personnes que Dieu a établies. Le paralytique devant le temple était là alors que Jésus faisait des miracles ; mais il n'avait pas été guéri à cette période, et c'est Pierre qui le guérit.


Dans le ministère, la guérison n'est pas seulement dans le nom de Jésus, mais ainsi dans ce qui est dans le paquet sacerdotal de la personne qui guérit. Comprenant cela, Branham s'était décidé de ne guérir que d'après les visions Dieu lui donnait. Certains serviteurs de Dieu risquent de devenir comédien ce qu'ils ne se conforment pas spirituellement à Dieu.


Dans la sacralisation il y a : la conductivité et l'immunité


A. LA CONDUCTIVITE


La conductivité c'est la capacité de transmettre, de conduire ou de véhiculer une énergie, une grâce, une ou de la puissance, une onction ou une influence. C'est aussi la capacité de prendre l'énergie d'un point A à un point B.


Le niveau de conductivité dépend d'un corps à un autre ; tous les métaux n'ont pas le même niveau ou le même degré de conductivité ; la conductivité dépend du degré de la réceptivité. Le téléphone par exemple a besoin d'une petite quantité de courant qui peut être exemple a besoin d'une petite quantité de courant qui peut être transporté par un petit fil de cuivre, alors qu'une machine industriel aura besoin de beaucoup de courant qui sera transporté par un fil beaucoup plus résistent que le cuivre ; si donc je peux recevoir en grande quantité, je pourrai aussi donner en grande quantité ; et la bible dit qu'on demandera beaucoup à qui on a beaucoup donné. Pour conduire, il faut d'abord avoir reçu.


La réceptivité ; quant à elle, c'est la capacité de recevoir d'un générateur ou d'une source ; elle est la capacité de s'ouvrir pour recevoir, elle est fonction de :


  1. la constitution de celui qui reçoit, sa conception par Dieu, sa destinée ; le fil de bronze n'a pas la même capacité que le fil de cuivre ou d'acier... il y a des gens que Dieu à disposé ou préparé pour un service local et d'autres pour des missions grandioses. Une personne qui a reçu la grâce d'aider ou un don d'exhortation ne pas forcement appelé au ministère pastoral, sa réceptivité n'a pas le degré de la réceptivité d'un pasteur ; en effet, le ministère pastoral demandera une plus grande grâce que celle de l'exhortateur. Mieux vaut un bon diacre qu'un faux ou mauvais Apôtre. Le cuivre peut être tellement zélé au point de demander la conductivité de l'acier et Dieu dans son amour l'exaucera sans la lui donner sinon il brûlerait !!!

  2. la disponibilité et l'ouverture : le degré de la soif détermine aussi ce qu'on reçoit ; les personnes qui se présentent vides devant Dieu reçoivent beaucoup et celles qui se présentent à moitié pleines reçoivent peu ; car dans le service de Dieu, on se présentera toujours devant le Seigneur comme vide pour être rempli. Voir la manne, elle devait se ramassait quotidiennement.

  3. La demande ou le besoin : on reçoit en fonction de la demande des personnes à qui on rendra ministère, car Dieu ne gaspille ni la grâce ni l'onction ; il peut vous donner plus, mais dans l'utilisation, il ne sera libéré que l'énergie nécessaire pour la consommation. Voir loi de l'offre et de la demande.


Dieu a besoin de ce que nous abandonnons il ne veut rien perdre, c'est ainsi que Yeshua dit à ces disciples, après que les gens aient mangé le pain multiplié : « ramassez tout ce que rien ne se perde » si Dieu a besoin de ce que nous abandonnons, ce que nous en avons encore plus besoin mais nous l'ignorons ; la pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenu la principale de l'angle ; ils étaient tout simplement ignorants ! Voir aussi l'exemple de Jephté, n'a-t-on jamais récupéré un objet déjà jeté dans la poubelle ?


B. L'IMMUNITE SACERDOTALE


C'est la couverture, la protection ou les avantages accordés à une personne qui assument des responsabilités respectables, diplomatiques ou les responsabilités d'état. 2Corinthiens 5 : 17 - 20 ; nous sommes ambassadeurs de christ et tout ambassadeur est couvert d'une immunité diplomatique et dans notre cas ; nous sommes couvert par l'immunité divine et sacerdotale.

L'immunité a pour but de faire respecter la personne qui la porte ; dans ses fonctions étatiques ; car elle représente la souveraineté ; celle-ci n'est ni attaquable ni brisable, elle est sacrée.


Rendre Dieu ordinaire ou trop simple c'est une manière de tuer. Comment comprendre qu'en servant une nation on soit couvert et non en servant Dieu ! Toute personne qui exerce une autorité a une parcelle de souveraineté ; elle lui est confiée par rapport à son accréditation avec la lettre de créance, comme quoi, les souverainetés coopèrent ! voir Jean Baptiste et Yeshua, l'un détenait la souveraineté entant que précurseur et l'autre entant que Sauveur, mais le sauveur fut introduit par la précurseur « laissons accomplir toute la justice ».

Donc la souveraineté comporte l'immunité et parler de l'immunité c'est parlé des anges ou d'une famille angélique qui vous couvre et travaillent avec vous. Notons que l'immunité couvre et se transfert du père au fils.

No immunité égale à la nudité, l'immunité est une couverture, un habit, Raison pour laquelle les habits et tenues sacerdotaux ont été conçus et réalisés. Autre chose qui définit l'immunité c'est l'exoucia ou autorité de ... le mandat de l'autorisation de fonctionner qui vous est donnée entant que serviteur de Dieu. Adonnai travaille avec la justice ; il est le juste juge, en effet quant il t'appelle, il t'applique à la loi de l'immunité ; celle-ci est une loi, c'est un habit de loi.


  1. Conséquences de la Sacralisation


Une personne sacralisée marche avec la loi de bipolarité : elle a la bénédiction et la malédiction, elle a la force et la faiblesse. Dieu demanda à Israël d'aller sur deux montagnes où il prononça les bénédictions sur l'une et les malédictions sur l'autre.


Un homme sacré a deux valeurs : la bénédiction et la malédiction. Celui qui le touche en bien est béni et celui qui le touche en mal est maudit automatiquement.


Ozias alla dans le temple offrir le sacrifice. Apparemment, le sacrifice est quelque chose de bien. Mais, quand on le fait sans en avoir le droit, ça devient mauvais... pour Ozias, le sacrifice était l'autre côté de la médaille : la lèpre.

Le temple a la bipolarité : le bon et le mauvais coté. La bible dit que ceux qui mangent indignement la sainte cène sont maudits. Si Dieu vous a oint, vous n'avez pas besoin de le déclarer. Mais dès que quelqu'un vous touche ou même s'il se fit seulement l'intention de vous nuire, il sera frappé par Dieu lui-même. Une intention vaut l'acte.


Que tout ce qui est pur, honorable, soit l'objet de vos pensées. L'iniquité c'est la disposition à faire le mal, l'ouverture du cœur au mal. Tout naît d'une pensée.


Conclusion


La sacralisation c'est la pièce maîtresse du fonctionnement sacerdotal. La Bible révèle qu'Esaïe servait le Seigneur de façon normale, de la 1ère au 5ème chapitre. Mais, au Sixième chapitre, Esaïe se rend compte qu'il était impur et Dieu lui mit du feu à la bouche. La bouche est la première branche du chandelier.


La sacralisation ouvre le mystère des anges ; sur la terre, pour réussir, il faut être accompagné des activités angéliques. Sacralisez-vous et ouvrez le mystère des anges.