en-                     Le Fruit du Saint-Esprit

18/10/2016

Le Fruit du Saint-Esprit


Introduction :


Fruit et dons du Saint-Esprit vont de pair, comme les ailes de la colombe qui, en orient, auraient chacune neuf plumes, symbole des neuf dons et des neuf facettes du fruit du Saint-Esprit. Quel équilibre lorsque ces deux ailes fonctionnent harmonieusement ensemble. L'oiseau privé d'une aile ne peut que tourner en rond. Le chrétien doit manifester le fruit du Saint-Esprit dans sa vie de communion avec Christ.


    1. Qu'est-ce que le Fruit du Saint-Esprit


Le fruit du Saint-Esprit est le caractère de Christ qui se manifeste dans la vie du croyant qui marche selon l'Esprit. Il est le signe de la maturité chrétienne. Les dons du Saint-Esprit sont la manifestation de sa puissance, tan disque le fruit décrit le portrait moral de Jésus-Christ.


    1. La Nature du fruit du Saint-Esprit


Dans leur ensemble, ces neuf vertus qui forment un tout sont essentiellement l'œuvre du Saint-Esprit dans le chrétien. C'est l'union vitale du croyant avec Christ (Jean 15 : 5) qui rend cette transformation possible.


    1. Manifestation du fruit du Saint-Esprit


Le fruit du Saint-Esprit se manifeste dans notre comportement et dans nos actes sous forme de :


  1. L'amour :


En grec, trois termes sont employés pour définir l'amour :


    • Eros : amour - désir sensuel (objectif érotique) ;

    • Philéo : amour désintéressé qui prend sois de l'homme de la partie. Il est moins fait que l'amour divin.

    • Agapaô : amour profond, qui fait appel à l'amour divin (Jean 14 : 21) et à l'amour exigé par la loi (Luc 10 : 27).


Ce dernier type d'amour se manifeste dans trois directions :


  • L'amour de Dieu pour l'homme : Jean 3 : 16 ; Rom. 8 : 35-39

  • L'amour de l'homme pour Dieu : est sa réponse à celui que Dieu lui a manifesté. Cet amour s'exprime par l'adoration et la mise en pratique de la parole de Dieu.


  • L'amour de l'Homme pour l'homme :


L'amour que l'homme doit exercer envers son semblable n'est pas un simple sentiment .mais c'est l'amour que Dieu répand dans le cœur du croyant par le Saint-Esprit (Rom. 5 : 5 ; Col. 1 : 8). Il est décrit dans 1Corinthiens 13 : 4-7.


  1. La Joie :


C'est l'expression de la satisfaction intérieure qui diffère du plaisir. Elle n'est pas liée aux choses extérieures. Les chrétiens de Thessalonique avaient reçu la Parole au milieu de beaucoup de tribulations avec la joie du Saint-Esprit (1Them 1 : 6). Les églises de la macédoine, quoique très éprouvées par les tribulations, leur joie débordantes et leur pauvreté profonde ont produit de riches libéralités de leur part. (2Cor. 8 : 2)


  1. La Paix


C'est la sécurité surnaturelle que Dieu établit par l'Esprit dans l'homme intérieur. Elle ne dépend pas des circonstances. « La paix de Dieu qui surpasse toute intelligence. » (Phil. 4 : 7). Le Royaume de Dieu, c'est la paix par le Saint-Esprit (Rom. 14 : 17).


  1. La patience


C'est la qualité ou la disposition de celui qui sait attendre en gardant son calme. L'apôtre Jacques déclare : «... l'épreuve de votre foi produit la patience... » (Jacques 1 : 2-3). L'amour est patient (1Cor. 13 : 4).

  1. La Bonté


C'est la qualité morale qui porte à faire le bien, à être bon pour les autres, c'est l'amour mis en pratique. « Petits enfants, n'aimez pas en parole et avec la langue, mais en actions et avec vérité » (1Jean 3 : 18).

  1. La Bienveillance (Bénignité)


Sentiment par lequel on veut du bien à quelqu'un. C'est la disposition favorable envers une autre personne.


  1. La Fidélité


C'est le respect des engagements, la conformité à la vérité ; Jésus-Christ est appelé « le témoin fidèle (Apoc. 3 : 14 ; 19 : 14). Dieu est fidèle, c'est-à-dire qu'il mérité qu'on s'appuie sur lui (1Cor. 1 : 9 ; 1Thess. 5 : 24). C'est la confiance.


  1. La Douceur


Elle n'est pas à confondre avec la timidité, ni avec la faiblesse d'esprit. Mais c'est une qualité morale qui porte à ne pas heurter autrui de front. C'est une combinaison de clémence, de tendresse et humilité. (Matt. 5 : 5 ; 11 : 29 ; phil. 4 : 5 ; Col. 3 : 12-13).


  1. La Maîtrise de soi


C'est la capacité de se contrôles ; de se dominer (Prov. 16 : 32 ; 2 Pierre 1 : 6 ; Tite 2 : 6). « Tous ceux qui sont à Jésus ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs » (Gal. 5 : 24). Ils peuvent expérimenter ainsi le caractère de christ dans leur vie. L'objectif de tout chrétien ne devrait-il pas être d'attendre la mesure de la stature parfaite de Jésus-Christ. (Eph. 4 : 13).


Conclusion :


Si le maître en contrefaçon peut produire les œuvres de puissance c'est-à-dire imiter certains dons, il lui est impossible de produire le caractère de christ l'incomparable.